« En définitive, la FAF, c’est durable et profitable » - Fabrique d'aliments

Gaec Du Clos de la Pierre (22) N.E 400 truies

Jean-Yves, N.E, 400 truies a investi dans une fabrique d'aliments SKIOLD. " L’investissement se chiffre à 23 € de la tonne. 10 ans sur l’équipement et 15 ans sur le bâtiment".


-


Pourquoi notre propre fabrique d’aliment à la ferme ?


« Je ne concevais pas le fait d’acheter mes céréales pour notre propre élevage. Les visites d’autres éleveurs eux-mêmes équipés de fabrique d’aliment n’ont fait que me convaincre de franchir le cap.


De plus, nous ne faisons rien sans que la rentabilité de l’investissement soit avérée. Notre fabrique d’aliment ne déroge pas à cette règle. L’investissement se chiffre à 23 € de la tonne. 10 ans sur l’équipement et 15 ans sur le bâtiment. »


Combien de temps a nécessité la concrétisation de notre projet ?


« Entre le moment où nous avons initié les démarches du projet et la mise en route, cela nous a pris 13 mois. Nous avions commencé pendant le SPACE en 2015 et poursuivi des visites élevages avec les 2 fournisseurs sélectionnés. La signature a eu lieu le 31 décembre 2015. Notre première production a démarré en octobre 2016. »


Pourquoi avons-nous choisi SKIOLD ?


« Avant tout, nous avons privilégié le rapport qualité-prix de l’offre en nous assurant de la proximité et de la fiabilité de notre distributeur installateur, Emeraude Elevage Equipements, basé à Lamballe. A prix égal avec un de vos confrères, j’aurais choisi Emeraude et SKIOLD, pour sa proximité et l’antériorité du partenariat. Nous connaissions déjà très bien SKIOLD et Emeraude Elevage Equipements puisque nous travaillons avec eux pour la soupe et le sec dans nos bâtiments. »


Ce que nous a apporté la fabrique d’aliment ?


« En choisissant de passer à la FAF, nous comptons aussi sur une amélioration du bien-être animal et sur de meilleurs indices d’efficacité. Aujourd’hui il est encore un peu tôt pour mesurer. J’estime qu’il nous faut 2 ans pour pouvoir observer l’évolution. Nous restons convaincus de l’intérêt de la FAF car les résultats techniques des éleveurs ayant une fabrique d’aliment à la ferme sont aujourd’hui avérés comme réguliers.


Des conseils à donner pour des éleveurs qui souhaitent évoluer en FAF ?


« Le broyeur Disc Mill de SKIOLD n’avait pas son égal dans l’offre concurrente : son réglage est flexible, automatisé et en plus, il est silencieux. Pour une fabrique d’aliment, ce point est essentiel. Quand je produis de l’aliment la nuit, je n’ai pas besoin de me lever pour changer des grilles, le réglage se fait tout seul.


L’informatique n’a pas été un frein, la méthanisation nous y avions été habitués et la nouvelle génération est déjà présente dans notre équipe par le biais d’Alexis (nouvel associé de l’exploitation).


Les gens nous disent que la fabrique est compacte. Tout est maîtrisé. En plus, pour être réactif en cas d’intervention, le fonctionnement doit être lisible pour faciliter le dépannage.


On dit qu’une FAF c’est du travail : c’est vrai, c’est un nouveau métier et une nouvelle compétence à acquérir. En termes de temps, nous passons le matin ¼ h pour lancer et nous passons en début d’après-midi pour une brève vérification de 10 minutes. C’est comme la méthanisation. Il faut envisager différemment la charge de travail. »


Mon dernier mot ?


« En définitive, la FAF, c’est durable et profitable. »


 

Ici vous trouverez quelques unes de nos réalisations

Fabrique d'aliments pour poules pondeuses, SKIOLD Mecamix

EARL La Fourgonnerie, 39 000 poules pondeuses en plein air, fabrication d'aliment à la ferme

Lire plus Fabrique / Volaille

Distribution sèche par câble, Transpork

EARL Lindreux, 220 truies N.E partiel, distribution aliment sec

Lire plus Porc

Fabrique d'aliments pour la volaille - Roumanie

Nouvelle usine d'aliments avec granulation – une demande accrue pour l'alimentation des volailles en Roumanie

Lire plus Fabrique / Volaille / International